A Beautiful Summer Day...

     10 Juillet 2010, une journée ordinaire pour la plupart des gens... Samedi, synonyme du début du weekend, voire des vacances d'été pour certains, vacances qui s'annoncent particulièrement chaudes à en croire les chaînes météo. Cela fait déjà quelques jours que les températures ont largement dépassées les normales de saison, pour le plus grand bonheur de tous. Les examens viennent de se terminer, et notre jeune Mélissa s'apprête à profiter pleinement de ce début d'été. Les résultats de ses élèves sont des plus satisfaisants, et c'est sur des pointes de nostalgie dans la voix qu'elle leur a souhaité, à tous, une bonne continuation. Elle en retrouvera certains à la rentrée bien sûr, mais pour les jeunes diplômés, ça en est finit d'un long parcours scolaire, et la plupart lui ont promis de passer la voir de temps en temps en cours l'année prochaine. Et oui, Mélissa était décidément très appréciée de ses étudiants, mais comment la blâmer? Elle qui a toujours eu le cœur sur la main...

     C'est donc avec un enthousiasme certain que la jeune Mélissa s'était réveillée de bonne heure et de bonne humeur en ce samedi matin. Huit heures venait à peine de sonner au carillon de l'église et la journée s'annonçait, comme les précédents, chaude et ensoleillée.
Mélissa sortit donc de son lit, sans bruit pour ne pas réveiller Mike qui dormait encore paisiblement. Elle enfila sa robe de chambre légère et descendit sur la pointe des pieds. Une fois en bas, elle sortit ramasser le journal qui l'attendait sur le perron. La douceur matinale la surprit et elle en profita pour regarder le thermomètre : 22°C! Mélissa fronça les sourcils, pensant, dans un premier temps, qu'elle avait dû mal voir. Elle vérifia de nouveau, non, il faisait bien déjà 22°C à huit heures du matin! On n'avait rarement connu des températures pareilles ici, même pour un mois de Juillet, ce qui l'enchantait. On pouvait difficilement mieux espérer pour débuter les vacances qu'un temps pareil. En plus, pour prendre la route le lendemain, ce serait plus agréable sous le soleil que sous un déluge... Même s'ils auraient chaud, c'est toujours plus appréciable de conduire par beau temps.
Aussi, la jeune Mélissa décida de s'installer quelques instants sur le banc situé à l'entrée du petit porche, pour lire son journal dans la tranquillité matinale. Aujourd'hui, rien ne la pressait, pas de course contre la montre pour arriver à l'heure au travail – bien que d'ailleurs, elle ne soit arrivée qu'une seule fois en retard, de quinze minutes, suite à une panne de voiture –, pas de rendez-vous chez le médecin – chose assez rare là aussi, elle n'y allait presque jamais, sauf cas de force majeure –, rien de stressant, elle avait la journée devant elle, il était encore tôt, il faisait beau et tout le monde dormait.

     Mélissa s'était donc installée sur l'élégant banc blanc en bois sculpté, au-dessus duquel, et ce tout le long du petit perron, étaient disposées plusieurs suspensions florales. Elle et Mike habitaient une petite maison dans une des banlieues proches du centre-ville de L.A., leur évitant ainsi le stress de la ville, tout en restant à proximité et en profitant du calme bien connu de ces petites banlieues où tous les voisins se connaissent et s'apprécient, dans la mesure du possible. Ils avaient une petite maison charmante, ni trop grande, ni trop petite. Bien que la plupart des maisons de cette zone pavillonnaire se ressemblaient, la leur, pas sa discrétion, se détachait néanmoins du lot. Un charmant jardin fleuri accueillait réunions de famille, barbecue entre amis et agréables soirées à deux. En effet, il avait été un des critères de sélection de la maison du couple, voulant avoir leur petit carré vert à eux pour profiter des journées ensoleillées le plus possible. Au fil du temps et des weekends principalement, Mike et quelques uns de ses amis, l'avaient agréablement décoré et fleuri. Un salon de jardin était disposé non loin d'un grand vivier où une fontaine venait compléter l'ensemble. Bien sur, tant d'aménagements avaient coûtés une certaine somme d'argent, mais à force de travail acharné et d'aide de nombre de leurs amis, Mélissa et Mike avaient enfin le jardin dont ils avaient toujours rêvé. Pourquoi attacher autant d'importance à un simple jardin me direz-vous? Et bien, pour le couple, il était important d'avoir ce coin de verdure où se reposer mais aussi de permettre à leurs futurs enfants de découvrir la nature, les fleurs, les odeurs, dans un endroit à eux, sécurisé. Ce couple attachait; en effet, beaucoup d'importance à la famille et donc, offrir un cadre de vie correct et agréable à leurs proches.
Hormis ce charmant cadre de vie, la maison en elle-même était très élégante, mais sans prétention aucune. Le perron, premier lieu par lequel vous arriviez dans la maison, était donc agrémenté de suspensions florales et de ce banc où s'était installée Mélissa. Il comportait également une vieille chaise à bascule, héritage des grands-parents de Mike, qui était installée non loin du banc, où Mike aimait se reposer en lisant également livres, journal ou magazines. Ce perron était délimité par une balustrade en bois blanc, sculpté et vernis par les soins d'un ai ébéniste du couple qui avait insisté pour leur en faire cadeau, prétextant un cadeau de mariage avec un peu d'avance puisque le couple n'avait pas encore fixé de date à leur union bien qu'ils commençaient à l'évoquer de plus en plus fréquemment. Ils n'avaient donc pas pu refuser, mais en revanche, ils avaient insisté à leur tour, à le dédommager un minimum pour tous les nombreux travaux qu'il avait réalisé dans la maison. En effet, leur maison était en partie en bois et entièrement meublée avec goût et de façon unique puisque tout, ou presque avait été créé pour le couple. Cette charmante maisonnée comprenait donc une chambre parentale, une chambre d'amis qui était destinée à devenir la chambre d'enfants d'ici quelques temps, un salon, un séjour et une cuisine ouverte donnant sur le jardin, ainsi que les quelques lieux nécessaires à un bien-être correct. Rien de bien prétentieux, à l'image du couple, c'est en ça que résidait le charme de cette habitation.

     Mélissa resta donc là quelques instants, sans bouger, écoutant le quartier se réveiller autour d'elle : les oiseaux chantant déjà depuis trois bonnes heures, la voisine sortir récupérer elle aussi son journal et saluer la jeune femme d'un geste amical de la main, le voisin rentrant ses poubelles,... C'est un des moments de la journée que la jeune femme préférait, tout était encore calme, il n'y avait pas d'agitation en ce début de weekend et Mélissa aimait croire qu'à observer le quartier s'éveiller de la sorte, lui garantissait une bonne journée et un bon weekend.
Après quelques minutes, elle ouvrit donc son journal pour en lire les grands titres dans un premier temps, là aussi, cela lui permettait de voir si une catastrophe à plus ou moins grande échelle avait eu lieu... C'était son petit rituel matinal du samedi. Elle lirait le contenu des articles plus en détails au cours de la journée, quand elle aurait un moment devant elle. Une fois les titres lus, elle se rendit directement à la dernière page, celle de la météo. Elle sourit à l'annonce d'une des journées les plus chaudes de l'année, parfait pour un premier jour se dit-elle. Mais son regard s'assombrit légèrement lorsqu'elle vu qu'ils annonçaient de violents orages en fin de soirée jusqu'au lendemain...
« Bah... La météo, c'est jamais vraiment fiable! », préféra-t-elle se dire pour ne pas gâcher ses préparatifs. Elle replia le journal, se leva, et alla le déposer sur la chaise à bascule de Mike qui en prendrait connaissance après avoir déjeuné.

     Mélissa se rendit directement dans la cuisine, sourire aux lèvres, afin de préparer un petit-déjeuner digne de ce nom pour bien attaquer la journée qui les attendait, elle et Mike. Elle troqua donc sa robe de chambre pour un tablier de cuisine, un peu plus approprié pour l'occasion, et se mit rapidement aux fourneaux. Elle commença par préparer quelques pancakes qu'elle conserva au chaud dans une assiette creuse recouverte d'une cloche en porcelaine. Elle fit ensuite cuire un peu de bacon accompagné d'œufs brouillés, met préféré de Mike, pour qui, selon lui, on « ne pouvait pas être prêt à affronter une journée de travail sans une bonne assiette d'œufs et de bacon! » Mélissa sourit en repensant à son compagnon qui lui avait déclaré ça dès le premier matin où ils avaient passé leur première nuit ensemble. Elle continua à préparer quelques autres petites choses : œufs au plat, toasts, jus pressés,... et s'apprêtait à aller réveiller tendrement Mike quand elle entendit le bruit de ses pas dans l'escalier. Elle sourit de nouveau, se disant que cet homme était un véritable ventre sur pattes!
« Je parie que c'est la bonne odeur du bacon grillé qui t'as sorti du lit! » lui lança-t-elle avant même qu'il n'eut franchit la porte.
Mike sourit à son tour, et se dirigeant vers Mélissa, l'enlaça, l'embrassa tendrement sur le front et lui répondit simplement par un :
« Bonjour ma chérie! Tu as bien dormi? »
La jeune femme, pour seule réponse, l'embrassa à son tour. S'il y a bien une chose dont ne pouvait se passer Mike le matin, en dehors de son bacon et de ses œufs brouillés, c'était d'un baiser de sa presque future femme. Le couple resta enlacé encore quelques instants avant de se délaisser tendrement, Mike se mit à table pendant que Mélissa terminait de tout disposer sur cette dernière. Ils déjeunèrent ainsi avec, pour mélodie, le chant des oiseaux qu'ils entendaient depuis la fenêtre ouverte de la cuisine.

     Tout en se régalant du repas amoureusement préparé par Mélissa, Mike lui demanda comment elle avait prévu le déroulement de leur journée. Il n'était pas du genre à ne prendre aucune décision et laisser tout faire à sa belle, mais il la savait très organisée et rigoureuse, aussi, pour ce départ en vacances, il lui avait fait plus plaisir qu'autre chose en la laissant organiser les préparatifs d'avant-départ. Elle lui expliqua alors qu'elle avait pensé qu'il serait bien de commencer par s'occuper de la maison et du jardin ce matin afin de travailler avant qu'il ne fasse trop chaud et qu'ils feraient quelques courses cet après-midi avec ses parents qui devaient arriver vers 15heures. Mélissa n'aimait pas vraiment donner des ordres à Mike. Aussi, elle lui proposa son organisation de la journée, en ponctuant ses phrases de « Qu'en penses-tu? » et de « Tu es d'accord? ». La plupart du temps, il acquiesçait d'un signe de tête, pour ne pas dire tout le temps. Mike n'était pas un homme difficile à vivre, il était tendre, compréhensif, patient, l'homme que toutes les femmes rêveraient d'avoir pour mari... Il lui proposa donc en retour, qu'une fois leur petit-déjeuner terminé, il s'occuperait du jardin, de la taille et la coupe des buissons et plantes qui en avaient besoin, de la pelouse qui avait besoin d'une petite tonte, pendant qu'elle pourrait commencer les valises. Elle approuva avec un sourire radieux. Il en fallait peu à Mike pour être heureux, un simple sourire de Mélissa, et il avait sa dose de bonne humeur pour au moins deux bonnes heures! Sur cet accord, ils terminèrent leur déjeuner en parlant des vacances en Europe qu'ils attendaient depuis plusieurs mois à présent, prévoyant de visiter Cannes, Nice, Monaco mais aussi pourquoi pas monter jusqu'à Paris? Car oui, nos deux amoureux avaient dû économiser plusieurs mois pour pouvoir s'offrir le voyage qui les attendait dès demain, à savoir une semaine en Europe sur la French Riviera, à Antibes, petite ville à mi-chemin entre Cannes, la célèbre ville du festival, et Nice avec sa belle promenade des Anglais. Ils y avaient loué un petit studio comprenant deux pièces, cela leur suffirait bien amplement, ils comptaient jouer aux touristes jusqu'au bout, et ne prévoyaient donc pas de passer beaucoup de temps dans leur location, si ce n'est pour se reposer entre deux visites ou le soir venant après une bonne journée de marche et de découvertes...

     Une fois leur déjeuner terminé, tous deux montèrent se préparer dans la salle de bain attenant leur chambre, Mike enfilant un jogging pour le jardin et Mélissa un petit pantalon en toile légère ainsi qu'un débardeur pour ne pas avoir trop chaud et redescendit s'occuper, dans un premier temps, de la cuisine et de la vaisselle. Mélissa, d'un naturel donc très ordonnée, et presque maniaque sur certains points, ne supportait pas de laisser sa maison en désordre et c'est pour cette raison qu'elle avait décidé d'y donner un grand coup de frais avant leur départ. Elle n'était pas spécialement sale puisque la jeune femme ne supportait pas la saleté, mais comme elle allait la laisser à ses parents le temps de leur séjour, il était hors de question pour elle que tout ne soit pas propre et rangé. Elle entreprit donc de faire les poussières et de tout remettre en ordre.
Pendant ce temps, Mike s'était rendu au jardin et avait lui aussi commencé son rangement ou plutôt, sa remise en état florale, bien que, là aussi, il n'y avait pas de grande nécessité, mais Mike avait la main verte et avoir un joli jardin fleuri était un de ses passes-temps favori. Il préférait donc également, faire toutes les tailles nécessaires avant son départ, afin que les parents de Mélissa, Jack et Catherine, n'aient juste qu'à arroser de temps en temps...

     La matinée commença à défiler ainsi tranquillement, chacun vaquant à ses occupations. Mike s'était accordé une petite pause sur le fauteuil à bascule, comme l'avait prévu Mélissa pour y lire le journal quotidien. Alors qu'il s'apprêtait à retourner à la tonte de son jardin et qu'il ne passait dans la cuisine que pour se désaltérer avant de se remettre à la tâche, il eut tout juste le temps d'apercevoir une tornade rousse se précipiter vers les toilettes, Mélissa. Surpris, il n'y prêta néanmoins pas plus attention que cela, jusqu'à ce qu'il entende et comprenne qu'elle semblait malade. Il se dirigea donc d'un pas un peu plus pressé vers les toilettes et demanda à la jeune femme si elle allait bien. Mélissa en sortit, un peu palote, mais son sourire ne s'était pas effacé, elle lui répondit de ne pas s'inquiéter, qu'elle n'avait surement pas du digérer quelque chose, il n'y avait pas besoin de s'alarmer pour de simples petites nausées... Pas forcément très rassuré, Mike savait que sa femme n'était que très rarement malade, il lui proposa de prendre un rendez-vous dans l'après-midi chez le médecin, juste au cas où, mais bien évidemment elle refusa, prétextant que ça allait déjà beaucoup mieux. Connaissait le caractère quelque peu entêté de Mélissa, il n'insista pas mais décida de garder un oeil sur elle.
La jeune femme retourna à ses occupations, à savoir terminer les bagages pour le voyage, s'interrogeant tout de même sur ses nausées persistantes... Cela faisait quelques jours maintenant qu'elle était barbouillée le matin dès le réveil. Elle n'en avait pas dit un mot à Mike pour ne pas l'inquiéter, lui qui était d'un naturel très soucieux et protecteur, mais elle se dit que si ça ne passait vraiment pas, elle consulterait à leur retour de vacances, pas question d'entacher le voyage avant l'heure!

     La journée continua ainsi de se dérouler, sans autre heurt, Mike observait Mélissa du coin de l'œil, mais elle semblait aller mieux.. Il décida de se détendre un peu, après tout, elle avait peut-être raison, il n'y avait surement rien d'anormal, si ce n'est une digestion difficile...
Le petit couple ne vit ainsi pas le temps défiler et ils furent tous deux surpris, lorsque la sonnette retentit, annonçant l'arrivée de Jack et Catherine. Voilà qu'il était déjà 14heures! Mais ils n'étaient pas stressé pour autant, ils avaient réussi à faire tout ce qu'ils avaient décidés. Aussi, ils les accueillir chaleureusement.
Jack et Catherine avaient en effet accepté, avec grand plaisir, de vivre chez Mélissa et Mike le temps de leur voyage. Mélissa était fille unique, ses parents avaient toujours été très présents pour elle, sans pour autant en faire une enfant gâtée, ils l'avaient choyée juste ce qu'il fallait et ils étaient fière de ce qu'elle était devenue. La voir s'envoler du cocon familial avait été difficile mais ils avaient très vite adoré et adopté Mike au sein de leur famille. Mike, qui n'avait jamais connu ses parents, le jeune homme était en effet orphelin et avait vécu à l'orphelinat jusqu'à sa majorité. Puis, il avait prit son envol, remerciant avec sincérité ceux qui l'avaient élevé. Il avait décroché une bourse et avait ainsi pu poursuivre ses études sans soucis. Il avait toujours été très reconnaissant de ce foyer qui l'avait recueilli et il y passait encore régulièrement pour prendre des nouvelles des actuels pensionnaires et surveillants. Il prenait également sur son temps libre pour aider l'orphelinat dans ses travaux de rénovation et était de très bons conseils et adoré des enfants. C'est ce côté à la fois très humain, très ouvert aux autres et en même temps renfermé sur lui-même qui avait séduit Jack et Catherine, les persuadant que leur fille était entre de bonnes mains avec un tel homme, si fort à l'intérieur qu'à l'extérieur car oui, Mike était un bel homme, juste ce qu'il faut de muscles et de bravoure pour en faire cet homme, ce futur mari dont était tombé éperdument amoureuse Mélissa...

     Jack et Mélissa firent faire donc le tour du propriétaire aux parents de cette dernière, bien qu'ils connaissaient déjà la maisons, ce petit tour servait simplement à leur indiquer ce qu'ils auraient à faire pendant leur absence. Cela consistait en très peu de choses en réalité, à savoir, ramasser le courrier et arroser les plantes tous les deux jours en fait. Mélissa avait hésité à demander ce service à ses parents, ne voulant pas les déranger mais c'était eux qui s'étaient finalement proposer d'eux-même quand la jeune femme leur avait évoqué leur séjour en Europe. En échange de ce service, ils pouvaient profiter de la maison du jeune couple, qui était plus au calme que la leur et Mélissa et Mike avait pour ordre de leur passer un petit coup de fil pour prévenir de leur arrivée outre atlantique et de rapporter un petit souvenir au couple qui n'avait jamais quitté le pays.

     Mélissa et sa mère décidèrent de laisser les hommes entre eux pour aller s'occuper des derniers détails, à savoir, entre autres, des courses. Elles s'éclipsèrent discrètement alors que Jack s'était lancé dans un petit discours auprès de son gendre sur le meilleur chemin à prendre pour aller à l'aéroport le lendemain afin d'éviter les embouteillages, tout en enchainant sur les monuments célèbres à visiter « à tout prix! » en France. Jack avait été le premier à apprécier Mike. Catherine était plus réticente, au début tout du moins, à laisser partir son unique fille aux bras de cet inconnu qui voulait lui retirer son « petit bébé » qu'elle « n'avait pas vu grandir ». Mais Jack avait vu en Mike le gendre idéal, le fils qu'il n'avait jamais eu et Mike en retour se confiait beaucoup à son beau-père qu'il considérait comme son propre père d'ailleurs. Jack ne s'en plaignait pas et l'appelait souvent « fiston », ce qui, au final, enchantait également Mélissa qui était ravie que tout se déroule aussi bien entre eux.

     Les deux femmes partirent donc en ville « entre filles » et papotèrent sur tout le chemin. Mélissa était très proche de sa mère et lui demandait souvent conseil, c'est pour cette raison que Catherine avait eu tant de mal à la laisser voler de ses propres ailes. Elles discutèrent du voyage, ou plutôt, Mélissa en parlait avec tant d'enthousiasme que Catherine ne pouvait qu'acquiescer en rigolant face au flot de paroles que lui déversait sa fille.
Une fois arrivée dans le supermarché, Mélissa interrogeait sans cesse sa mère sur les choses qui lui faisaient envie, si elle était sure qu'elle n'avait besoin de rien en plus pour cette semaine. La jeune femme ne voulait pas que ses parents aient à verser un seul centime pour ce nourrir le temps de leur séjour. Jack et Catherine n'avaient pas spécialement de problèmes d'argent mais Mélissa préférait leur éviter toute dépense supplémentaire ou inutile pendant qu'ils séjourneraient chez elle. Mais Catherine ne l'entendait pas de cette oreille-là, elle avait sa dignité tout de même et elle refusa, plus d'une fois, poliment puis en insistant, que sa fille ne lui paie quoique ce soit. Elle était assez grande pour se payer ce dont elle avait besoin toute seule tout de même! Et puis, Mélissa n'avait qu'à garder son argent pour ramener des souvenirs d'Europe et sa faire plaisir à elle et à Mike pendant leurs vacances, après tout, ils y allaient pour se reposer et en profiter aussi, pas pour compter leur argent de peur de ne pas en avoir assez pour visiter tel ou tel musée ou monument! Mélissa allait rétorquer mais finit par éclater de rire, à chaque fois, c'était le même scénario, elle voulait faire plaisir à sa mère ou inversement, et l'une refusait toujours l'argent de l'autre et réciproquement. Elles étaient décidément incorrigibles et pas mère et fille pour rien. Elles terminèrent leurs courses sur le ton de la plaisanterie et Catherine réussi à obteni de sa fille qu'elle paye au moins les achats qui serviraient au barbecue qu'ils comptaient faire tous ensemble ce soir.

     Lorsqu'elles rentrèrent, elles trouvèrent les hommes là où elles les avaient laissés, dans le jardin, une bière à la main à discuter de choses et d'autres. Chacun alla embrasser sa moitié et tous les quatre rangèrent les courses ensemble. Les femmes se mirent aux fourneaux pour préparer quelques bonnes salades estivales pendant que ces messieurs s'attelaient autour du barbecue.
La soirée se déroula ainsi sur la même ambiance que la reste de la journée, ambiance estivale, festive en enthousiaste. Les deux couples parlaient de voyages, le plus jeune de celui qui les attendait, le plus sage de ceux qu'ils avaient déjà effectués... Ils ne virent ainsi pas le temps passer tant ils étaient bien. Il faisait lourd et bien qu'il soit bientôt minuit, le thermomètre n'avait presque pas descendu et affichait pas loin de 29°C... Ils finirent pas décider d'aller se coucher. Le jeune couple devait se lever aux aurores le lendemain pour prendre la route à la fraîche. Jack et Catherine se lèveraient également pour les dernières recommandations et pour leur dire au revoir. Et c'est sur cette fin de journée de préparatifs qu'ils se dirent bonne nuit et qu'ils montèrent tous les quatre se coucher, Mike et Mélissa dans leur chambre, Jack et Catherine dans celle d'amis que Mélissa leur avait préparé plus tôt dans la journée...
Mélissa remercia une dernière fois ses parents d'être là et les embrassa avant d'aller rejoindre Mike dans leur lit. Elle déposa un tendre baiser sur ses lèvres, à la fois fatiguée et ravie de cette longue journée et en même temps impatiente d'être au lendemain... Mike l'enlaça, lui souhaita un « Bonne nuit mon amour » avant de s'endormir, sourire aux lèvres, serrant contre lui la femme de sa vie...

     Au loin, l'orage arrivait et le tonnerre commençait à gronder... Les premières gouttes d'eau se mirent à tomber...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site