Pilote - The Beginning

     Mélissa Wilson était une jeune femme comme les autres. Agée de 24 ans, elle semblait mener une petite vie tranquille sans rien demander à personne. En effet, cette charmante jeune femme, récemment nommée professeur de lettres dans un des plus grands lycées de Los Angeles, y occupait ce poste avec passion pour son métier. Malgré le fait qu'elle était nouvelle depuis à peine quelques mois maintenant, elle fut très vite acceptée et appréciée par ses élèves. Il faut dire qu'ils n'étaient pas des plus difficiles, ce qui aida notre jeune Mélissa à faire face plus facilement et à prendre place quant à ses nouvelles fonctions avec un peu moins d'appréhension qu'elle ne l'avait cru. Malgré le fait qu'elle soit très attentive à ses élèves et qu'elle ait le cœur sur la main, elle savait être sévère lorsque cela l'imposait, mais il émanait d'elle comme une aura bienveillante qui dissuadait quiconque à paraître vulgaire, malintentionné ou de mauvaise foi avec elle. C'est ainsi que la jeune Mélissa dispensait ses cours avec une humeur bonne enfant, tout en restant centrée sur ses objectifs, à savoir, essayer de transmettre au maximum son savoir et sa passion pour la littérature à tous ces jeunes lycées, qui avaient rarement vu avant elle, un professeur aussi charismatique, agréable et enjoué.

     Mais les bonnes manières et le savoir-faire (et faire-savoir) de Mélissa en intriguaient tout de même plus d'un. En effet, nombre de ses collègues restaient observateurs discrets de ses méthodes pédagogiques afin de percer, si elle en avait un, son secret pour attirer autant, mais surtout conserver, l'attention de tous ces lycéens. Certes, comme nous l'avons dis précédemment, le lycée dans lequel enseignait Mélissa était un des plus cotés et donc relativement tranquille, mais tout bon lycéen , aussi studieux soit-il, n'était pas forcément attentif une journée entière de cours et ils arrivaient que certains cours des collègues de Mélissa, se transforment en une cacophonie sans nom... Certains cours oui, mais jamais celui de littérature! Et c'était là le sujet de bien des débats en salle des professeurs, débats mais aussi pointe de jalousie... Certains professeurs, enseignant au sein de l'établissement depuis plus de 20 ans maintenant, se demandaient comment la jeune professeur, fraîchement diplômée, s'en sortait aussi bien, alors qu'eux, malgré leurs années de pratique, devaient faire régner le silence plusieurs fois par heure... D'autres, médisants, étaient persuadés que ça ne durerait pas, et que, d'ici encore au moins un mois, ils en étaient surs, le calme apparent éclaterait et la jeune Mélissa terminerait en dépression comme tous ces jeunes profs qu'on voit à la télé!

     Mais Mélissa n'écoutait pas toutes ces railleries, elle, elle s'en fichait. Elle était là pour enseigner et transmettre son savoir, le reste lui importait peu. On aurait presque pu se demander si elle ne venait pas d'une autre planète pour réagir ainsi. Sans rancune aucune, lorsque l'un de ses confrères se décidait à lui demander quel était son secret, elle se contentait de répondre, sourire aux lèvres et le plus sincèrement du monde, qu'elle n'en avait pas.
« La clef, disait-elle, est de montrer aux lycéens que vous êtes là pour leur apprendre des choses et que c'est un souhait, un désir, et non une plaie où le salaire en est l'issue... Il faut savoir vivre avec son temps, ajoutait-elle, les jeunes ont besoins d'être écoutés avant qu'ils ne veuillent bien prêter l'oreille à ce que vous leur racontez... Une fois que vous avez compris ça, c'est la porte ouverte pour une bonne entente et une transmission de savoirs! »
Les plus anciens étaient choqués par ce discours, la qualifiaient de folle et préféraient se cantonner à leurs méthodes strictes du « bon vieux temps », même si elles menaient à un échec.

     Mélissa restait cependant sûre d'elle et de sa méthode d'enseignement puisqu'elle semblait bien porter ses fruits. En effet, jamais dans l'histoire du lycée, on n'avait vu un tel taux de réussite aux examens. La plus basse des notes n'était qu'un C+! Aussi, la jeune femme prenait un peu plus confiance en elle au fil des jours et aimait son métier plus que jamais. Ses journées se suivaient mais ne se ressemblaient pas. En effet, tout professeur quel qu'il soit, vous dira que chaque journée, chaque heure de cours est unique et c'est là peut-être une des raisons de leur vocation d'ailleurs, en dehors des habituelles que l'on peut entendre... Mélissa avait d'ailleurs un jour affirmé :
« Ce qui rend chaque cours unique, c'est les lycéens eux-mêmes, les discussions, les débats que l'on peut avoir avec chacun d'entre eux. On leur apprends beaucoup mais, eux aussi, ils nous apprenne des choses, des fois ça sera sur une des dernières technologies sorties dont on n'a même pas encore entendu parlé! Alors que bon, je n'ai pas tant d'écart avec eux mais ils aiment se tenir informé de tout ça eux... S'en suivra une petite discussion sur quelle marque est la mieux pour ce genre d'outil, les besoins, les fonctions,... Où en sont les lettres dans tout ça me demandez-vous? Eh bien, des fois il faut savoir faire une petite pause pour parler de choses anodines de nitre quotidien, pendant un inter-cours, une récré,...
D'autres fois, et c'est là que les lettres peuvent entrer en jeu d'ailleurs, ils nous apprendront énormément, grâce à leurs propres expériences, leur passé, ou même leur présent, ce qu'ils traversent, comment ils le vivent... Les leçons de vie... Il n'y a pas plus joli que les leçons de vie... Et là, osez-me dire que la littérature n'a rien à voir dans tout ça?... »
Il n'y a pas à dire, la jeune Mélissa était vraiment prête à tout pour ses élèves et si certains de ses collègues lui avaient prêtés un peu d'attention, ils auraient compris pourquoi elle était autant aimée de ces jeunes lycéens, et pourquoi, encore aujourd'hui, ils sont tous derrière elle pour la soutenir coûte que coûte... Du jamais vu dans l'histoire du lycée là aussi....

     Mais la jeune Mélissa, avait tout de même une vie en dehors du lycée, même si la personne qui en avait le rôle principal avait un lien direct avec ce dernier. En effet, cela faisait maintenant six ans que Mélissa partageait la vie de Mike, lui aussi professeur de lettres. Tous deux s'étaient rencontrés à la fac. Leur première rencontre se déroula le premier jour de l'arrivée en fac de Mélissa. Lui avait deux ans de plus qu'elle et était étudiant en troisième année. La jeune femme s'en souvient encore comme si c'était hier... Elle était installée depuis moins d'une semaine sur le campus et, bien qu'elle avait prit ses précautions pour éviter d'arriver en retard à un de ses premiers cours, le campus, aussi bien indiqué qu'il soit, restait un vrai labyrinthe pour la jeune fille de 18 ans qu'elle était à l'époque... Elle s'égara donc bien rapidement malgré le plan, grossier, qu'on lui avait donné le jour de son arrivée... Aussi, elle tenta, dans un premier temps, de retrouver son chemin par elle-même, mais, le temps filant à vive allure, c'est au détour d'un énième croisement, qu'elle se décida à interpeller une personne pour lui venir en aide. Cette personne, c'était Mike, âgé de 20 à l'époque, il était déjà un très bel homme, et armé d'un sourire qui en faisait tomber plus d'une, il accompagna notre jeune Mélissa à son cours sans hésiter, le campus n'ayant quasiment plus aucun secret pour lui après ses deux premières années où il avait réussi à se perdre dans tous les recoins imaginables et inimaginables! Pensez donc! Il s'était même retrouvé une fois, par hasard ça va de soit, dans le local poubelle, du troisième sous-sol, d'une confrérie secrète, qui ne l'était plus autant depuis, du fait de sa boulette... avait-il raconté sur le chemin à la jeune femme, ce qui l'avait bien fait rire. Une fois arrivé à destination, elle le remercia gentiment et se rendit enfin à son cours avec à peine quelques minutes de retard, ce qui passa inaperçu pour son plus grand soulagement! Le cours passa, et à la sortie de celui-ci, la jeune femme eut la surprise de voir Mike, l'attendre patiemment! Il lui avait sourit et lui avait dit qu'il avait préféré l'attendre pour lui éviter de se perdre une nouvelle fois pour aller à la cafétéria qui se trouvait juste en face... Elle lui avait sourit en retour et avait finit par accepter son invitation à déjeuner, elle le lui devait bien après tout, il lui avait empêcher d'être en retard, ce qu'elle détestait... Depuis ce jour, ils ne s'étaient quasiment plus jamais quitté. Une belle amitié avait commencée à naître, et au fil des mois, à évoluer doucement mais surement. Aujourd'hui, enfin, jusqu'à aujourd'hui plus exactement, ils vivaient en parfait harmonie, un modèle de couple parfait. Ils avaient finis par emménager ensemble qu'il n'y a à peine deux ans, ayant préférés attendre d'être posés financièrement, d'avoir terminés leurs études afin de ne pas se retrouver endettés jusqu'au cous dès le départ. Ils s'aimaient, ils n'étaient pas démonstratifs en public, mais ils étaient mignons à voir, allaient bien ensemble et étaient enviés par certains...

     Voici donc en quelques lignes, la petite vie calme et tranquille que menait Mélissa Wilson. Une vie des plus ordinaires, sans prétention aucune, sans rancune et sans rancœur. Pleins de projets en tête, la jeune femme était cependant heureuse et comblée jusqu'à ce fameux soir de juillet 2010...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site